Embalmed, 2012
Engraving on wood and golden leaves, 82 x 64 cm 


This work is created from an antique stretcher without a canvas. Its uniqueness lies in the wormholes that have been gilded one by one. As a reminder of the impermanence of painting, the stretcher (“skeleton”) is gilded as if it were the frame, framing a void or the disappearance of the image. Gold is also used in its luminous and spiritual meaning to highlight the fate of metamorphosis of these worms as they develop into flying creatures.


Cette oeuvre est un châssis ancien dépourvu de toile. Sa spécificité tient dans les vermoulures qui ont été dorées une à une. La pièce à conviction de l’impermanence de la peinture (« squelette ») est traitée par l’or sur le châssis comme s’il était le cadre. Que cadre le châssis si ce n’est le vide, la disparition de l’image ? L’or est aussi utilisé dans sa signification lumineuse et spirituelle pour valoriser le destin de métamorphose de ces vers en devenir volants.